Accueil    ||    Qui suis-je ?  ||    Société    ||    Conseil   

dimanche 26 juillet 2015

#JePorteMonMaillotAuParcLeo : Mais c'est quoi votre problème ?

Tu commences à le savoir, j'adore traîner sur Twitter et découvrir des tweets qui m'énervent. Aujourd’hui j'étais bien en forme, j'allume mon ordi. Je check mes mails, Facebook et enfin Twitter. Et là Bam ! Le super Hashtag qui attire mon attention : #JePorteMonMaillotAuParcLeo. Mais qu'est ce que c'est que ça ? Je découvre donc le fait divers du moment. Une fille de 21 ans a été agressée dans le parc Leo-Lagrange à Reims,  alors qu'elle était étendue au soleil. D'après les informations trouvées sur le site de l'Union (journal d'actualité de Reims) et du Monde (les articles seront à la fin comme toujours), un groupe de 5 filles seraient passé et une aurait lancée : "Allez vous rhabiller. C'est pas l'été". Delà la jeune femme répond qu'elle n'a de consignes à recevoir de personne sur sa façon de s'habiller et l'altercation éclate. Le groupe de 5 se rue sur la jeune fille et la roue de coup. Bilan 4 jours d’incapacité total de travail.

Déjà ma réaction face à cet événement :

ALLOOO !! C'est quoi votre foutu problème avec la façon dont s'habillent les gens ? En quoi ça vous regarde ? En quoi cela vous gène ? On parle de cette histoire mais des exemples plus soft et sans passage à tabac, il y en a pleins d'autres et dans nos vies personnelles aussi. Quand toi ou l'une/l'un de tes potes dit que le short de Machin est trop court, c'est un peu le même style. Je confesse ça m'est arrivé aussi. Je ne dis pas qu'on peut s'habiller n'importe comment, n'importe quand. En tout cas pas à l'heure actuelle des choses. Il faut être bien habillé pour un mariage, un entretien. On ne va pas non plus au lycée ou à la fac en mode vacances et même moi actuellement je me rends compte (surtout avec les grosses chaleurs) que peut être que mon short n'est pas une tenue adéquat pour aller faire le bilan avec mon tuteur de stage. Mais bon ça reste des codes. Au pire, la seule chose qu'on pourrait risquer (si tout allait bien), ça serait une remarque de notre supérieur. Mais pas des passants ! Et encore moins dans un parc en plein été ! Chacun est libre de faire ce qu'il veut durant son temps libre et surtout dans ce genre d'espace. La femme a déjà du mal à se sentir chez elle dans l'espace public, n'en rajoutant pas.  Je ne dis pas qu'il faut tous se mettre à poils (et pourquoi pas ? ) mais être en maillot de bain dans un parc sérieux ça gène qui ?

Et alors je ne parle même pas de cette réaction démesurée. Non mais oh ! 5 contre 1 avec 4 jours d’incapacité, mais grand dieu c'est moral ça ? Il y a un grand débat sur les réseaux pour savoir si cet acte a été poussé par raison religieuse. Ok apparemment pas d'après ce que dises les auteurs de l'agression et la victime. Mais faire une remarque sur une tenue, ça fait forcement intervenir la moral , religieuse ou non ! 

Bon bref, je retrouve mon calme et je reviens sur Twitter (quelques heures plus tard je vous l'accorde le temps de me remettre de mes émotions.) Bam ! Je reprends un coup de gueulante intérieure. Là aussi, il faut arrêter de profiter de tout les fait divers qui se passent pour balancer tout le venin contenu dans l'espèce humaine. Et vas y que ça parle du port du voile, que ça fait des amalgames, que ça devient islamophobe avec des répliques grossières et (désolé mais) digne d'un blaireau. Je parle même pas des gens qui évoquent ça en mode : "baston entre nana" " dispute entre fille" ALLOOOOO ! Un passage à tabac pour un maillot de bain, juste une dispute de chiffonnière ?

Voici ma petite sélection de tweets. La crème de la crème, le top 5 de la honte :





 

Tu remarqueras que j'ai gardé le nom seulement de l'éditeur du dernier tweet. Ce n'est pas un oubli. Je ne pense pas qu'on puisse associer force et honneur a une telle photo de provocation.

Cette article est très violent. Mais vue la violence de l'acte et des réactions, je ne peux pas me taire, et je ne peux pas jouer la gentille. Oui je suis scandalisée par ce comportement d'une violence incroyable. En plus de cela en supériorité numérique et en étant à l'origine. Mais je crois que je suis encore plus scandalisée des réactions. Pourquoi faut il à chaque fois que les pires énergumène s'expriment sur Twitter et pire obtiennent de la visibilité grâce à des retweets. Mais réfléchissez un peu ! Quel exemple on donne ? Qu'est ce qu'on est en train de construire ?

Je ne continues pas plus loin, je pense que c'est clair. S'il te plait, ne réagis pas à chaud ou parce que tout le monde le fait et le dis. Bats toi pour un meilleur climat. Rebelles toi contre des actes pareils mais pas en brandissant un saucisson.

Pour finir sur une touche d'humour, parce que pour moi c'est la seule issue possible au vue de mon état. Voilà une super chanson de circonstance, avec des superbes paroles bien profondes mais l'important c'est le refrain :



 ___________________________
Pour en savoir plus... 


samedi 18 juillet 2015

Le paradoxe de ta sexualité


Pour écrire cet article, j'ai rassemblé mes souvenirs et j'ai fait le point deux secondes. Et bien, ma conclusion est simple : Je n'y comprends rien. Je ne sais pas sur quel pied danser pour parler de sexualité avec mes copines. Pourquoi ? Parce que avec certaines, je peux m'amuser à faire une liste de mes partenaires sans craindre d'être jugée ou du moins ça ne se verra pas et c'est ce qui m' importe. Mais avec d'autres, ce n'est même pas envisageable. Bon là tu me diras seulement que c'est une question de personnalité, mais je t'arrêtes tout de suite, je n'ai pas finis, ça va bien plus loin.

Je vais prendre l'exemple d'une amie que je vais appeler ici Clarisse. Clarisse n'a eu qu'un partenaire dans sa vie, son copain actuel. Elle ne l'a jamais trompé. Donc son profil est peu de partenaire mais une expérience prolongée. Avec elle, je suis mal à l'aise quand je parle de ma sexualité. Je ne lui ai jamais communiqué le nombre de partenaires que j'ai pu avoir, mais je lui est certainement raconté pas mal d'anecdotes (ba oui c'est ma copine). Donc, elle doit avoir une valeur approchante. Cependant, bien qu'elle ne s'exprime pas à mon propos, elle ne se gène pas pour parler des autres. Et alors, je ne vous raconte pas, ça va du : "Ohlala ! Elle a encore chopé un mec" à " Tin mais pourtant elle est moche ! Je comprends pas ce qu'il lui trouve ! ". Oui, le genre de discours que j'adore. #Ironie

Et puis un jour, elle rentrait d'une soirée et elle m'a dit: "On a joué à je n'ai jamais." Pour celles et ceux qui ne connaîtraient pas, c'est un jeu d'alcool, où à tour de rôle chaque joueur énonce une phrase du type : "Je n'ai jamais fais quelque chose " et les personnes autour de la table doivent boire si elles ont déjà fait la chose en question. #LAbusDAlcoolEstDangereuxPourLaSanté. Ma pauvre Clarisse était toute penaude parce qu'elle n'avait quasiment pas bu et j'ai pu observer un changement dans son discours habituel. Il y avait quelque chose qui ressemblait à de la honte. En gros, elle s'est sentie mise de coté et anormale. Bref, rien à voir avec son discours habituel.

Aie. La complexité de l'être humain. Je suppose que ça doit dépendre de plusieurs facteurs. Ton état de moral actuel, la relation que tu entretiens avec la ou les personnes, le nombre de personne autour de toi, si tu es dans la majorité ou non etc. Mais avoues que c'est quand même vraiment bizarre de changer d'avis aussi rapidement. Sans parler que quelques jours plus tard c'était repartie comme en 14 et Clarisse reprenait ses bonnes vielles habitudes.

Petite précision avant de continuer: je parle dans cette articles beaucoup de fille parce qu'il faut le dire, en ce moment, je n'ai plus trop de contact avec des amis (garçons). Mais contrairement à une idée reçues qui voudrait que les garçons soient plus tolérants, ils peuvent vous juger tout aussi bien. Reprenons, sur toutes les amies que j'ai pu avoir, j'ai eu à peu près tout les cas de figure. La pote très libérée sexuellement et qui ramène garçons, filles ("Ba oui ! Si tu n'essais pas, comment tu sauras si ça ne te plait pas ?). J'ai eu des amies qui n'envisageait pas de chopper en soirée, d'autres oui mais qui ne passent pas à l'acte. Des copines qui trompent leur copains d'autres qui ne vont pas jusqu'au bout. La liste est longue. 

Quand j'étais au lycée, une copine m'a fait la tête parce que j'avais faillit faire ma première fois avec mon copain de l'époque. On a pas pu aller jusqu'au bout à cause d'un échec cuisant sur la pose de la capote. Elle trouvait ça super sale. 6 mois plus tard, elle faisait sa première fois avec un mec rencontré en boite et expérimentait la sodomie 2 mois après. Je ne juge pas (moi!). Je trouve ça même cool qu'elle est évoluée et encore maintenant elle est avec ce gars et elle est heureuse. C'est juste que je ne comprends pas pourquoi on m'en a tant voulu. On dirait un peu un scénario de film américain avec les clubs d'abstinences.

Autre anecdote, j'ai vécu un an avec une amie à moi qu'on nommera Constance. Constance est très ouverte sexuellement parlant. D'ailleurs, j'ai beaucoup aimé ces années là car les ami(e)s qui m'entouraient étaient généralement ouverts et tolérants. Ces années furent pour moi un genre de révolution sexuelle et j'ai pu vivre ma vie de jeune adulte qui se découvre tranquillement avec plusieurs épaules pour me consoler, me conseiller, rire avec moi ... J'en reviens à Constance. Fille très ouverte, avec un nombre de partenaire qui dépasse largement le mien. Un soir, nous allions boire un verre (#LAbusDAlcoolEstDangereuxPourLaSanté) avec une amie à elle. On dérive sur le sujet sexe et voilà qu'elles se mettent toutes les deux à faire un concours à la C'est MOI qui ai LA plus grosse! Constance était mon amie. Je savais tout. Elle m'avait tout raconté. Et bon dieu ... Pour te dire, son retour de colo au Etats Unis s'est d'un coup d'un seul transformé en partie de jambes en l'air dans les toilettes de l'avion.

Tu comprends maintenant pourquoi je parle de paradoxe ? En gros à la fois, il faut être sage, ne pas ramener de mec mais à la fois avoir des histoires croustillantes à raconter autour d'un verre (#LAbusDAlcoolEstDangereuxPourLaSanté). Tiens c'est dingue ce que j'ai pu parler d'alcool dans cet article. Mais attends ? L'alcool et le sexe ne seraient pas liés par hasard ? Ba si un peu. Fais le compte sur tes expériences ou celle des gens qui t'entourent. Les histoires les plus croustillantes se passent souvent alcoolisé et aussi avec des partenaires qu'on ne connait pas trop ou pas du tout.

Ma conclusion sur cet article ? Je dirais qu'il faut assumer sa vie sexuelle. Tu n'es pas obligé d'en parler à tout le monde. Mais assumes là auprès de toi même et auprès des autres si tu en parles. Mets un termes à cette pression constante qu'on nous mets sur le dos avec cette image de la femme sexy, attirante mais qui se transforme en traîné si elle a l'audace de choper en soirée. Acceptes ta sexualité et tes envies comme tu dois accepter ton corps, ta vie, tes parents, ton chat ... 

S'il te plait <3

mardi 14 juillet 2015

L'âge ingrat _ Cher moi



On dit souvent que l'adolescence est l'âge ingrat par excellence. Et bien, je ne suis pas d'accord. En faite je ne suis plus d'accord. 

J'ai 23 ans depuis peu. Cela fait environ un an que je me prends la tête et qu'on me la prend aussi, cette tête d'où sortent des questions, des incertitudes, une certaine lassitude aussi. Et puis cette peur qui grandit au fil des mois. Peur de décider, de me retrouver seule face à mon avenir, peur de faire les mauvais choix et peur d'en avoir déjà fait.

Afin d'être un peu plus poche de toi, je vais raconter un peu ma vie. Ne t'inquiètes pas, je vais faire en sorte que ce ne soit pas trop long. Je veux juste te permettre de te sentir un peu plus proche. 

3 ans que je suis dans cette filière qui ne me satisfait pas. 3 ans que je me demande mais comment j'en suis arrivée à choisir ça bon sang ! Mais qu'est ce que tu veux, un diplôme d'ingénieur quand tu es déjà à 2 ans et quelques mois (ba oui le temps de réaliser) et bien c'est un peu tard pour rebrousser chemin. Et puis, comme si ce n'était pas assez prise de tête, tu as aussi le copain de l'époque qui t'empêches de faire des choix totalement objectifs. Mais qui pourrait vraiment me juger pour cela ? Même moi je ne m'en veux pas. 

Des relations foireuses j'en ai eu. Et ba oui tu n'es pas toute seule. Il y a le petit copain qui est en faite juste un copain et avec qui on ne veut juste plus rien faire de sexuel. Comme a dit la psy du planning:  "Mais c'est votre ami. Qui as envie de faire l'amour avec son ami ?" Et puis j'ai eu des relations malsaines aussi. Genre la vraie bien carabinée. Cette relation qui fait accepter que ton copain dise Je t'aime à son ex parce qu'elle va mal. Je pensais qu'il était sincère (avec moi en tout cas). Raté, il est retourné avec elle. Mais tu vois, je ne m'en veux pas non plus. Je regrette peut être juste de ne pas être partie avant de me faire jeter comme la chaussette retrouvé dans le joins de la machine à laver.

Tu vois déjà ça fait pas mal de prises de tête. Je suis absolument consciente que rien n'est grave dans tout cela. Il y a des gens qui souffrent bien plus que moi sur terre. Moi au moins, je vis dans un pays où je peux porter des robes, boire comme un trou et ramener un mec ou une fille si j'en ai envie.

Bon et finalement j'en arrive au reste. Les prises de tête qui commencent à l'âge de la pré-adulescence. Là où tu n'es plus considéré comme un ado mais encore considéré comme un gamin. Bref, You know nothing.

Je pense que ça a commencé pour moi lorsque mon université en France a refusée d'envoyer mon dossier de bourse sans me donner de justification satisfaisante. Suite à cela, Madame Mime (j'ai changé son nom pour garantir mon anonymat et le sien même si à la limite, ce n'est pas ma priorité) m'a dit que je devais avoir honte de demander de l'argent pour partir à l'étranger alors que certains n'avaient pas cette chance. Ensuite, se fut le tour de mon propriétaire allemand qui a essayé durant 4 mois de m'escroquer, prétextant une mauvaise manipulation de ma part. Et puis ce coordinateur de colo qui me réexplique à chaque fois entièrement le fonctionnement d'une centre quand je lui pose une question qui ne figure pas dans sa FAQ.

Et enfin, il y a cette fin d'année. Nous sommes au mois de Juillet, et je ne sais pas où je serais au mois d'Octobre. J'ai un peu peur je dois dire. Heureusement je suis entourée de gens de bon conseils qui me permettent d'y voir un peu plus clair. Un mot à mon moi âgé de 16 ans: Respires s'il te plait. Tu vas accomplir des trucs bien mais tu risques de ne pas être au top du bonheur entre 21 et 24 ans. C'est pas grave, les gens autour de toi croient en toi, et seront là quand tu auras besoin d'aide.

Pour toi qui liras mon article, j'espère que tu vas bien, et que ça continuera encore. Ne t'inquiètes pas trop non plus. On s'adapte assez facilement tu sais. Respires <3

vendredi 12 juin 2015

À la rencontre du Mansplaining

Tu pense que je suis en train de mansplanner ? Laisse moi te dire pourquoi tu te trompe !

 Hier, j'étais sur Twitter. Et je suis tombée sur un tweet. Un bon vieux tweet qui m'a bien énervé.


Déjà, on va remettre ça dans le contexte. Ce tweet a été posté à la suite d'une vidéo de la chaîne Youtube de Caroline et Safia : Comment rester ACTIVE pendant ses règles. Je ne vais pas ici faire une critique de cette vidéo. Il n'empêche qu'elle ne donne pas un mauvais message (à part peut être de se faire belle pour son mec mais là encore c'est hors contexte). Bref, ce charmant (ironie) jeune homme après plusieurs tweets (Oui en plus il s'est exprimé plusieurs fois), lance donc ce problème de la piscine et du tampon. Le message de la vidéo était: "Sors! Détends toi! Vas à la piscine! Avec les tampons rien n'est impossible! " Et apparement pour notre homme c'est un soucis.

Pour la faire courte, ça m'agace et je réponds. La réponse ne se fait pas attendre...

Je me permets ici de faire un petit intermède Twitter : STOP aux tweetSSS. Si t'exprimer en 140 commentaires est trop frustrant, il y a les blogs et Facebook

On en revient à notre histoire. Monsieur m'explique donc physiquement pourquoi le tampon n'est pas pratique pour la piscine (Si toi aussi aussi tu portes des tampons pour te baigner, tapes dans tes mains!) De plus, je dois faire remarquer que la capillarité de la ficelle est une notion qui n'existe pas. Enfin d'un point de vue linguistique, on ne peut pas posséder la capillarité. Il en rajoute une couche et me démontre qu'il est aussi légitime que moi (voir plus) sur ce sujet parce qu'il a des amiES. Moi aussi j'ai des amiS pourtant je ne m'exprime pas sur les problèmes d'éjaculation précoce ou encore les érections matinales. Ah et oui bien sur, il penche sur la gynéco. Pardon. Désolé. C'est vrai du coup que ma position de femme qui a ses règles depuis le collège n'est pas légitime. Et avec tout ça, c'est bien sur moi la condescendante. Zut. Au passage, si quelqu'un peut m'expliquer ce qu'est une TL... Je ne dis pas que mon tweet était des plus utiles et sympas, et effectivement, je lui dis clairement que en sa position d'homme, s'exprimer comme il le fait, ça ne me plait pas. Et oui du coup l'inconvénient de Twitter c'est que tout est accessible, même ton compte...

On me dit dans l'oreillete qu'il a encore tweeté.

Aaaaaaaaah ! Je meurs ! Ce qui a de mieux pour nous en matière de règle c'est à nous de le décider il me semble. Si j'ai envie d'aller à la piscine avec un tampon je le ferais malgrés "La capillarité, la physique et le chlore".

Pourquoi je raconte ça ? As tu déjà entendu parler du Mansplanning ? Et bien en voici donc une illustration. Le Mansplanning c'est quand un homme (oui ça peut être une femme mais c'est quand même plus souvent un homme) explique à une femme pourquoi elle a tort de penser ce qu'elle pense sur un sujet qui l'a concerne et le tout soupoudré de condescandance. En gros c'est "Moi je sais. Toi moins, voir pas du tout."

On le rencontre souvent sur un internet, parce que c'est beaucoup plus simple de communiquer sur n'importe quel sujet et je dois aussi avouer que ça fait bien longtemps que les gens qui me cotoient ont pris des pincettes avec moi. Oui je le dit, je le clame, je ne laisse rien passer. Et ça va du statut Facebook sur l'avortement "en mode pilule du lendemain" à la fameuse phrase : "Tu te fais belle pour les hommes avoues ! "

L'exemple le plus fou que j'ai pu lire sur internet est l'anecdote de Rebecca Solnit. Elle raconte dans un article publié par le Los angeles Time, la fois où lors d'une soirée elle entame une discution avec un homme rencontré un peu plus tôt. Elle se met à expliquer ce qu'elle fait et notamment sur quoi elle écrit. L'homme lui coupe la parole et l'encourage vivement (lourdement) à lire ce livre "très important" sortit cette année. Et en faite, il se trouve que ce livre, elle le connait bien, vue que c'est elle qui l'a écrit... Malaise. Tu me diras peut être que c'est pas de bol pour le mec. Ouais mais en même temps, elle écrit sur un sujet précis. Et si ce livre n'avait pas été écrit par elle, il y a quand même de forte chance pour qu'elle l'ai lu non ?

Mais le Mansplaining est aussi présent dans la vie de tout les jours et dans notre entourage proche. Par exemple, quand on me dit d'office que mes goûts musicaux et cinématographiques sont nuls en rajoutant à la fin que Dirty Dancing c'est à chier, je me dis que en soit il n'y a pas que du faux. Ce qui me dérange, c'est que c'est systématique et que je n'ai jamais regardé Dirty Dancing de ma vie et mon film préféré est Babel. On a vue mieux comme film de fille ou navet non ? De plus, pourquoi quand je vais dans un bar qui passe les musiques que j'écoute, le bar est "trop bien et passe de la bonne musique", mais que dans ma chambre elles se transforment en "musiques de merde et pourquoi t'a t-on laissé faire le DJ ?" Et aussi pourquoi il s'agit toujours de mes amis hommes ?

Et puis les même comportements mais sur des sujets exclusivements féminins, là je me dit qu'il y a vraiement un soucis. Je ne dis pas que les hommes ne doivent pas s'en méler. Bien sûr que l'avortement nous concerne tous/tes. Mais faire preuve de tact et de finesse ne serait pas de refus. Quand tu parles d'un IVG en mode pilule du lendemain, penses à ton amiE Facebook, qui a avorté parce que oui il y a eu une erreur, un oublie peut être. Mais je ne connais aucune fille qui m'ait dit "La contraception ? Ba au pire il y a l'avortement !".

Alors, si tu es un homme, par pitié, arrêtes de m'expliquer la vie comme si j'étais une gamine et admets que j'en connais certainement plus que toi sur des sujets comme les règles. Ne serait ce que parce que je l'ai déjà vécu. Et puis si vraiment tu veux en parler, et que tu penses que le tampon c'est pas bien, parles des autres alternatives (#LaCup). Pour finir, un petit message pour mon cher ami de Twitter. Du haut de mon Bac+5 en Mécanique des fluides, la capillarité je connais un peu et là oui je suis condescandante <3
 ___________________________
Pour en savoir plus... 

L'article de MademoiZelle.com :  Je veux comprendre... le mansplaining
L'article de Rebecca Solnit : Men who explain things
L'article du blog ça fait genre : Bingo féministe et mansplaining
L'article de The Atlantic : A cultural History of Mansplaining 
Le tumblr du Mansplaining : Academic Men Explain Things to Me


jeudi 11 juin 2015

J'ai peur en avion


Je n'ai pas toujours eu peur. La première fois que j'ai pris l'avion à 16 ans, j'ai trouvé ça incroyable. Et puis le temps a passé. J'ai grandit et à 20 ans j'ai pris l'avion pour Francfort et j'ai flippé. Au retour, l'allé m'avait tellement trotter dans la tête, que j'ai commencé à faire des crises d'angoisses (fourmillements, pleures, tremblements ... ). Une catastrophe ! J'ai du faire peur à la moitié de l'avion. Après plusieurs vols, (j'en profite pour préciser que ce n'était que des courts trajets de moins de 2 heures), j'ai décidé de réagir. Pourquoi ? C'était l'année de mon départ en Allemagne et je ne pouvais pas me permettre de partir en crise à chaque fois que je rentrais chez moi. Voici donc 5 conseils pour les phobiques de l'avion.

Aux grands maux, les grands remèdes !

Les anxiolytiques. J'ai demandé à mon médecin de m'en préscrire. Parles en avec lui. De toute façon ce genre de médicament n'est fournit que sous ordonnance. Il n'y a (normalement) pas d'effet secondaire quand on le prend de façon ponctuelle. C'est une façon radicale de combattre la peur en avion et les crises d'angoisse. Son effet ? Il me bloc totalement les pensées négatives et m'aide à me détendre.

Attention ! Ne jamais le mélanger avec de l'alcool ! Il ne convient pas pour la femme enceinte et ça reste un médicament fort voir dangereux donc vraiment hors de porté des enfants. De toute façon je le répète, il faut en parler avec son médecin !

Les chiffres

Je vous épargne le sempiternelle "l'avion est le plus sure moyen de transport au monde" parce que ça ne marche pas. Ce qui m’effraies ce n'est pas l'accident en lui même, mais le résultat de l'accident. Tu vois de quoi je parle ? Je parle de ces satanés 10 000 pieds. Mais en discutant et en réfléchissant un peu, des incidents en vol il y en a et l'avion ne se crashe pas à chaque fois. En faite, il y a plus d'incident que de véritable accident. Conclusion, si il y avait un problème lors de ton vol, tu peux encore rester zen. Ça n'annonce pas la fin du monde.

Les hôtesses et stewards

Oui, ils sont payés pour faire ça. Mais c'est tout de même très tranquillisant de voir l’hôtesse traverser l'avion en mode "Je vais très bien. La vie est belle. J'adore mon métier ! Vous désirez un café ? Attention attachez votre ceinture. [Avec une voix posée et un sourire dent blanche]"

Ne pas se stresser en plus

J'arrive toujours à l'avance. 2 heures à l'avance. D'une part parce que j'utilise les transports en communs et je me méfies des aléas que je pourrais rencontrer. Et puis je préfère attendre longtemps à l'aéroport plutôt que stresser pour la sécurité et arriver dans l'avion transpirante, le cœur déjà au maximum de ses pulsations et en plus de m'apercevoir que je vais devoir garder ma valise sous les pieds ! Bref, prends de l'avance, soit cool. Bois un café, un thé. Lis le journal, un magazine, fais du shopping. Les aéroports sont des endroits assez agréables je trouve et j'aime bien regarder le tableau d'affichage pour voir les destinations ...
Durant le vol, fais des choses que tu aimes faire et que tu as l'habitudes. Moi j'écoute de la musique, je lis un bon livre pas prise de tête et une fois j'ai même sorti mon ordinateur pour finir mon compte rendu pour les cours. Et franchement, ça en plus des anxiolytiques, j'ai piqué du nez en moins de 5 minutes.

Accompagnes le mouvement

Ne te crispes pas. Il faut accompagner les mouvement de l'appareil au décollage, durant des turbulences et à l’atterrissage. L'avion t'emmènes vers ta destination, penses à ça, à ton arrivé, à la beauté des nuages, au soleil que tu n'as pas vue depuis des semaines (#GrandePlaineDEurope).

Voilà mes conseils pour les phobiques de l'avion. Je ne me suis absolument pas étaler sur le pourquoi de ma peur, parce que honnêtement à chaque fois que j'en ai lus ou entendu, une peur s'ajoutait à ma liste. Mais je pense que ses 5 conseils sont bien puisqu'ils marchent sur moi et dieu seul sait combien de personne (absolument tranquilles en avion) ont essayé de m'expliquer que ma peur n'est pas rationnelle, que c'est impossible d'avoir le vertige en avion, que c'est le plus sure ...

Je termine cet article en remerciant, ma mère pour l'idée du médecin et mon ex pour m'avoir supporté sur ce vol Toulouse Nice (45 minutes) où je pense que j'ai du agacer tous les passagers. Désolé pour eux aussi. Maintenant, je vous jure, je suis absolument tranquille. <3

mercredi 10 juin 2015

Voyager à Berlin sans se ruiner

Andrés Nietro Porras
Pour voyager, hélas il faut de l'argent. Une dure réalité aujourd'hui, mais il y a tout de même certaines astuces à connaître pour partir en vacances sans se ruiner. Je ne prétends pas trouver un aller/retour à 10 € mais en tout cas un prix acceptable pour les petits budgets. De plus, je vais parler de Berlin dans cet article, mais la plupart des conseils peuvent être adaptés à d'autres destinations.

Oser l'avion !

Le moyen de transport que j'utilise le plus pour voyager entre la France (Nice) et Berlin c'est l'avion. On pourrait penser si on n'y est pas habitué que c'est très cher mais pour des cours trajets et en s'y prenant suffisamment à l'avance, ça revient bien moins cher que le train. 

Preuve : Nous sommes le 10 Juin, je vais à titre d'exemple rechercher des billets pour Nice le 3 août.
  • En train : le moins cher est un train de nuit, le lundi 3 août à 21h avec un trajet de 19 heures (!) et tout cela pour la modique somme de 201 € (Et j'ai bien pris le moins cher).
  • En avion: Je peux avoir un vol à 105 € le lundi matin à 10h et j'arriverais à Nice à midi (2 heures de vol).

Voilà. Maintenant on a posé les bases. Après bien entendu, on parle de voyager moins cher et nous n'évoqueront pas le bilan carbone... Pour trouver le billet d'avion attention, cherches d'abord sur un moteur de recherche "Vacances" comme Kayak ou Alibabuy. Les sites des compagnies aériennes basent leur prix sur le nombre de recherche de billet et aussi sur tes cookies. Donc plus tu y vas plus ils seront chers. (on parle là de 20 € d'augmentation en quelques minutes). Même conseil pour les billets de train.

Essaies également dans la mesure du possible de ne pas voyager les weekends mais plutôt en milieu de semaine, et hors vacances. Tant qu'on y est, si ton but est d'aller en vacances, peu importe la destination, les compagnies aériennes font souvent des offres de dernière minute.

Les choix des aéroports : Certains trajets vont être chers, trop chers. C'est souvent du à la date que tu auras choisi mais parfois ça dépend aussi de l'aéroport. Essaies de voir pour partir/arriver dans d'autres villes proches et prendre le train après. Je te l'accorde c'est assez rare de trouver un combo avion+train moins cher qu'un vol direct mais qui ne tente rien n'a rien. De plus, rien ne t'empêche de préférer le covoiturage ou le stop.

Bref, à retenir pour l'avion : Essayer toutes les possibilités, horaires, dates, aéroports ... Mais à l'avance ! (2 mois c'est pas mal pour avoir de bons prix)

Il y a deux aéroports à Berlin : Tegel très proche du centre, la connexion se fait en bus (TXL, X9 ... )
Schoenefeld : principalement desservit par Easyjet, plus éloigné, la connexion se fait en S-Bahn (RER berlinois) ou train.

Pour voyager en train

Les même conseils qu'en avion peuvent s'appliquer: s'y prendre à l'avance et rechercher toutes les possibilités. Les trains de nuit sont souvent moins chers et te feront économiser une nuit voir deux sur place.

Il y a beaucoup de gare à Berlin, mais pour un tel voyage tu arriveras certainement à Berlin Hauptbahnhof. Le réseau de train et de transport en commun est très développé et toutes les gares communiquent entre elles que ça soit en train, S-Bahn, U-Bahn (métro), Bus, Tram ...

Prendre le bus

Cette méthode peut être intéressante si tu habites près de la frontière ou que tu as un moyen de t'y rendre facilement. Les bus en Allemagne ne sont pas chers et très confortables (WIFI, prises électriques, toilettes, snack, bar ... ). Un ordre de prix pour te donner une idée ? On peut traverser le pays pour seulement 20 € et en prenant le billet la veille. Ils sont cependant assez lents mais il en existe de nuit.

Quelques compagnies de bus en Allemagne : Flixbus, Eurolines, Berlinienbus. Ces lignes desservent d'autres pays européens. Vas voir sur les sites internet (souvent disponible en français à défaut en anglais).

Le covoiturage

Des sites comme Blablacar sont disponible pour l’Europe comme Carpooling (Partenaire de Blablacar). Niveau longueur ça reste la voiture, mais cependant, je pense qu'on bat tout les prix si on trouve une voiture.

Faire du stop

C'est vraiment la façon la plus économique de voyager. Personnellement, je n'ai jamais fait de stop (à part quand j'avais 17 ans). Et je dois avouer que seule en tout cas je me lancerais peut être pas. Mais à deux pourquoi pas. Au final, le voyage peut se transformer en challenge. Par contre je connais un site qui donne de bon conseils : http://hitchwiki.org/en/Main_Page

Voilà, j'espère que mes conseils te seront utiles et fais moi savoir si tu veux encore des bons plans pour voyager comme l'hébergement, la nourriture, les transports sur place etc ... Si tu as des questions n'hésites pas non plus !  <3

Si je ne devais garder que 6 chaînes Youtube


Je suis abonnée à plus de150 chaînes Youtube. C'est beaucoup mais quand je questionne d'autres Youtuspétacteurs, c'est en faite assez peu. Je me suis imaginée devoir n'en garder que 6 (je ne sais pas pourquoi ce chiffre). J'ai essayé de faire des "catégories" si  jamais d'autres personnes voulaient reprendre ce modèle. J'ai aussi essayé de ne pas choisir des Youtubeurs connus, histoire de vous en faire découvrir un peu (ça reste le but).

- Pour continuer de rigoler : Eimadolly
Ce qui est dingue c'est que à la base, ce n'est pas tellement une chaîne d'humour, mais il n'empêche que je ne manquerais aucunes de ses vidéos parce qu'elle arrive à mélanger la beauté et la déconne.

- Pour rester connecter : L'Effet Papillon
Bon pour rester connecter à l'actualité il vaut mieux tout de même lire le journal et écouter la radio mais cette chaîne arrive à nous informer sur pas mal de sujets et rien que pour le Chiffroscope, on s'abonne.

- Pour me cultiver : Ginger Force
Avec ses épisodes d'adaptation, Ginger nous permet d'enrichir nos connaissances en pop culture et littérature. Ses pavés dans la marre sont quant à eux plus axés Féminisme avec un grand "F".

- Pour me sentir bien : Vivre Avec
Hermine raconte sa cohabitation avec le syndrome d'Ehlers Danlos . Elle nous touche mais sans rentrer dans le pathos. Bref elle nous fait du bien et on sourit quand on la voit.

- Pour  aggrandir mes connaissances : Scilabus 
Des expériences ! Pleins d'expériences qui reposent sur des questions simples voir même enfantines mais finalement qui ne le sont pas tant que ça et qui soulèvent de vraies expériences scientifiques.

- Pour changer d'air : Olalachick
Laura nous emmène en voyage dans ses lectures mais aussi dans son sac. Tu pourras retrouver ses vlogs, ses bilans lectures et ses conseils sur sa chaînes.

N'hésite pas à reprendre ce questionnaire ou à laisser en commentaire tes 6 chaînes Youtube sans lesquels il serait difficile de vivre (oui tout de suite les grands mots). <3

Soleil, mon amour...



Le 28 mai dernier, à l'occasion de la journée mondiale du dépistage du cancer de la peau, MademoiZelle.com appelait aux témoignages sur le sujet: "Le soleil et moi". Cet appel m'a donné l'opportunité de me poser et de penser à cette relation amour/haine que j'entretiens avec lui. Amour parce que le trip "J'adore l'autonme et l'hiver, je suis une fille mystérieuse..."c'est sympa vite fait mais quand le brouillard s'installe de novembre à mars sur cette foutue plaine d'europe centrale (rappel, je vis non loin de Berlin), je me rends compte que le soleil me manque. Il me manque au point d'envisager des séances d'UV ou l'achat d'une lampe à lumière blanche. Et je vous jure que je n'exagère pas. La dépression saisonière est un problème de santé dans les pays les plus éloignés de l'équateur.
Bref, je vous parlerais de mon hiver un autre jour. Mais là haine dans tout cela ? Ba c'est juste qu'en plus de me trimbaler une peau sensible, je cumule avec une petite (euphémisme) allergie saisonière ou lucite estivale (ça fait plus sympa comme ça). Ma relation avec le soleil illustre à merveille ce fameux dicton "Suis-moi je te fuis, fuis-moi je te suis" et je vous assure que limite je préfère mes relations foireuses avec la gente masculines que celle-ci.

Vous l'avez certainement deviné, je suis blanche. Mon grand-père m'a toujours dit que c'est très joli et que c'était la vraie peau de la famille (oui aussi devant les petits cousins haïtiens) et ma mère m'appelle parfois Blanche-Neige. J'ai 23 ans. Maintenant j'assume totalement et mon rouge à lèvre est mon meilleur allié. Mais à 16 ans, là où toi tu complexais sur tes cuisses, je complexais sur ma peau. J’ai d’abord écopé du surnom « croque-mort » lorsque j’étais au collège. Un jour lors d’une sortie scolaire, un professeur m'a carrément dit que je devrais aller plus souvent à la plage devant tout le monde. Au lycée, je ne portais jamais de short ou de robe. Je ne voulais pas qu'on voit mes jambes. Je ne pouvais pas assumer les « Ça vient d'où ? », « Comme t’es blanche ! » ou encore la fameuse question de combien je dépense en crème solaire qui au final n'est pas si excessif que cela vue que je m'expose moins.

À 16 ans, je suis partie en Corse pour les vacances. Je sais me protéger toute seule depuis très jeune et je n’ai pratiquement pas pris de coup de soleil. Oui quand on se protège bien, on ne prend pas de coup de soleil. Ce n'est donc pas la peine de parier sur ma couleur à la fin de la journée. Par contre, j'ai déclaré pour la première fois mon allergie. Des plaques rouges sur le décolleté, les bras, les mains. Ce n'est pas beau et ça démange un maximum. La solution pour limiter ce genre de réaction est de prendre un traitement préventif 3 mois avant l’été afin de préparer la peau au soleil. Ce n’est ni plus ni moins que les pilules que l'on voit à la télé. Lors des crises, je dois prendre des antihistaminiques. Tout cela s’accompagne bien entendu de la protection maximum c’est-à-dire crème solaire écran totale indice 50+ à remettre toutes les heures, t-shirt (quand ce n’est pas manche longue), chapeau, lunette, parasol (Oui oui tout en même temps. Quand je vous dit que je me protège!) Et puis évidement, j’évite les journées plages.

Bien que maintenant, tout le monde s’emble avoir évolué avec l’âge et que je n’ai plus trop de remarques désobligeantes (mais il en reste quand même), il reste cependant quelque chose qui m’agace. C’est les personnes qui certes pensent bien faire et sont pleines de bonnes volontés. Ces personnes qui te demandent si tu as bien mis ta crème solaire, qui te font remarquer que tu es rouge et te regardent avec une once de pitié ... Stop ! Je vous en prie ! Nous blanches et sensibles de la peau, nous gérons toutes seules. Et même si on prend un coup de soleil, c’est notre problème et nous sommes déjà assez blasées de la peau pour en rajouter une couche (de crème ?). Je n'ai absolument pas envie que quelqu'un se mêle de ma relation avec le soleil. Si j'ai besoin d'aide ce sera uniquement pour me tartiner le dos et je saurais le demander. Ça doit paraitre un peu haineux comme message ("Ne t'occupe pas de moi!"), mais ma peau c'est mon complexe et je ne veux pas qu'on m'en parle. Oui c'est comme tes cuisses, ou tes fesses, ou tes seins ou n'importe qu'elle partie du corps que tu ne supporte pas.

Cependant, si tu tiens absoluement à m'aider, ou à être solidaire, au lieu de me parler d'une journée plage et de me proposer l’alternative du parasol, saches que je préfère aller boire un verre durant les heures chaudes et me baigner en fin de journée. 

Merci à toi et soutiens à toutes les personnes sensibles et allergiques <3
 ___________________________
Pour en savoir plus...